Être champion de France, c’est déjà un bel aboutissement. Le devenir une deuxième fois, c’est fabuleux. Quand un sportif ou une équipe décroche un troisième titre de rang, on peut parler d’un exploit exceptionnel. Grégory Guilvert, Fabien Michal et l’équipe Saintéloc qui prépare leur Audi R8 LMS GT4 entament leur quatrième campagne commune avec un objectif qui ne peut être qu’une nouvelle couronne. L’ouverture de la saison 2021 à Nogaro ne leur a pas été favorable mais ils ont montré qu’ils étaient prêts à vendre chèrement leur peau !

Greg et Fabien auraient pu quitter la scène en pleine gloire et se lancer dans une autre discipline. Ils ont pourtant décidé de tenter à nouveau un challenge qui, statistiquement, devient de plus en plus incertain. Il y a plus de champions que de doubles champions, dont le nombre est supérieur à celui des triples champions etc… Mais cette année, ils se sont donné une chance de réussir un pari encore plus audacieux ! Dans quelques mois, allez savoir, ils seront peut-être quadruples champions de France et champions européens, puisqu’ils sont également engagés en GT4 European Series !

Nous n’en sommes pas là, et il faut même reconnaître que les deux Français ont joué deux jokers dans le Gers… Jokers ? Cette notion est inappropriée quand les résultats des douze courses sont additionnés sans aucun décompte. Le Seine-et-Marnais et son coéquipier Isérois peuvent seulement se dire que la roue peut tourner et que leurs adversaires ne sont pas à l’abri d’un ou deux faux-pas.

Ceci étant posé, revenons à Nogaro, qui n’est pas le circuit de prédilection de l’Audi R8 LMS GT4. Greg débute toutefois les essais libres par un 2ème temps. Les qualifications sont placées sous le signe du chiffre « 9 » : la place de grille de Fabien pour la course 1 et de Greg pour la course 2 ! « Des chronos signés dans la douleur car il nous a fallu boucler beaucoup plus de tours que les autres années pour décrocher une place honorable » indique le dernier nommé. « Comme nous prenons le départ de chaque course avec le train de pneus monté pour la qualification correspondante, cela revient à s’élancer avec des gommes déjà assez usées. Or, nous nous attendions à une forte dégradation sur une heure de course, d’autant plus qu’avec le poids de notre auto, nous avons tendance à casser la carcasse du pneu. Mais nous pensions quand même tirer notre épingle du jeu. »

La course 1 commence bien avec un bon relais de Fabien et une stratégie légèrement décalée pour le changement de pilote qui place le duo dans le Top 5. Hélas, les craintes sur la tenue des pneumatiques se confirment. Greg retrouve le phénomène très pénalisant appelé « pick-up », qui n’a rien à voir avec un véhicule 4×4 à double cabine et malus écologique… Il s’agit d’une tendance des pneus, favorisée par l’architecture et la répartition des masses de l’Audi, à se charger de la gomme morte déposée sur la piste. Les chronos fléchissent en fin de course, le classement de l’Audi n°42 aussi. Elle termine 13ème au général et 9ème en Pro-Am, avec deux petits points pour tout pécule.

La course 2 fut plus convaincante mais au final plus décevante du fait de deux incidents que nous relate Greg. « Le promoteur a rééquilibré le plateau en nous enlevant 20 kg et nous avons pu utiliser le pneu joker qui nous a été attribué du fait de nos problèmes de carcasse. J’avais un super rythme en début de course et j’ai pu remonter P5. Mais j’ai été pénalisé pour une infraction au départ. Le poleman a accéléré largement avant le feu vert et j’ai suivi le mouvement ce qui m’a conduit à me décaler sur ma gauche. J’ai été rattrapé par la patrouille ! Après le drive-through, j’ai continué à un bon rythme, avec de belles bagarres tout en minimisant le pick-up. Lors du changement de pilote, coup de stress, le système qui permet d’adapter la position du pédalier n’a pas fonctionné. Fabien a fait son relais les jambes repliées, mais il a très bien roulé et une neutralisation nous a permis de recoller au peloton. Hélas, à cinq tours de la fin, un pilote qui avait crevé a envoyé Fabien en tête à queue, alors qu’il le contournait dans le S du Lac. » C’en était fini des espoirs de marquer des points en ce lundi de Pâques.

« J’ai signé le meilleur tour en course et nous avons été les plus rapides du clan Audi tout le week-end. C’est une consolation et surtout une preuve que notre potentiel est intact. Il ne faudra pas se louper à Magny-Cours. » Ce second rendez-vous, déjà décisif, se tiendra du 6 au 9 mai. Mais avant cela, la GT4 European Series aura débuté à Monza du 16 au 18 avril.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *